Par Stephanie Jamain,  nutritionniste chez VIVAÏ experts en nutrition

Besoin d’un « boost » avant votre entrainement ou de maintenir votre niveau d’énergie pendant votre entrainement ou votre compétition? Pourquoi n’est-il pas recommandé de consommer une boisson énergisante comme Red Bull, Monster, GURU, Rockstar et compagnie? Leurs allégations promettent pourtant de rétablir l’énergie et la vivacité, et elles contiennent des glucides ainsi que de la caféine, tout comme certaines boissons sportives, non?

Les « boissons énergisantes » sont conçues pour stimuler le système nerveux. Elles contiennent de l’eau gazéifiée, du sucre, des vitamines, de la caféine et d’autres stimulants tels que la guarana, ginseng, taurine, etc. Compte tenu de ces ingrédients d’origine végétale, les boissons énergisantes ont été règlementées par Santé Canada depuis leur sortie dans le marché Canadien en tant que produits de santé naturels (PSN). Depuis leur utilisation auprès de la population Canadienne, des rapports de réactions indésirables graves suite à la consommation de ce type de boissons, ont soulevé des préoccupations concernant leur sécurité. Il y a eu, au total, 61 rapports signalés à Santé Canada, dont 32 chez les adolescents chez lesquels le seuil de tolérance à certains ingrédients actifs est plus bas.

Compte tenu de leur utilisation fréquente et élevée, ainsi que de la confusion entre les appellations «boissons énergisantes» et «boissons sportives», cela est devenu un problème de santé publique. Tout récemment, et suite à une convocation d’un groupe d’experts, Santé Canada a annoncé son intention de faire en sorte que les boissons énergisantes contenant de la caféine, se retrouvent sous le même cadre réglementaire que les aliments (et non PSN) et régies à ce titre. Les « boissons énergisantes », doivent donc se conformer aux exigences en matière d’étiquetage des aliments avant décembre 2013. De plus, les compagnies devront normaliser les doses de leurs ingrédients actifs, entre autre la caféine, à une dose maximale de 400 mg/jour (ce qui est considéré sécuritaire chez les adultes), et leurs allégations devront aussi se conformer aux réglementations de Santé Canada et de l’agence canadienne d’inspection des aliments.

Attention: même si ces boissons porteront bientôt des étiquettes nutritionnelles identiques aux aliments, il y a plusieurs facteurs qui indiquent qu’elles sont néfastes lorsqu’elles sont consommées lors de l’exercice physique.

Voici quelques arguments :

La teneur en caféine : La teneur en caféine d’une boisson énergisante n’est pas toujours indiquée sur l’emballage pour l’instant, mais les niveaux peuvent atteindre jusqu’à 200 mg et plus par portion, ce qui équivaut à quatre Coca Cola ou 1,5 tasses de café. La caféine est un stimulant qui peut améliorer les performances à des doses spécifiques. Par contre, en trop grande quantité, elle peut causer une augmentation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, des palpitations cardiaques, des maux de tête, de l’anxiété et de l’irritabilité.

La concentration en glucides: La concentration en glucides des « boissons énergisantes »  est d’environ 12%, comparativement aux boissons sportives qui ont une concentration entre 6-8%. Une concentration trop élevée en glucides peut causer des troubles digestifs à l’effort, car la vidange gastrique est ralentie pour les liquides hypertoniques (trop concentrés). De plus, elles favorisent la déshydratation en provoquant un transfert d’eau des cellules vers le système digestif. De ce fait, il est déconseillé de consommer une boisson hypertonique avant ou pendant l’effort si l’on vise une hydratation rapide et efficace, ainsi que d’éviter les crampes abdominales.

Lors de l’effort physique, les risques associés à l’usage des « boissons énergisantes » l’emportent sur les bienfaits, car la fréquence cardiaque est déjà élevée et les malaises digestifs ne sont pas les bienvenus.  Optez plutôt pour des boissons sportives comme Gatorade ou Powerade ou une boisson fait maison par exemple, qui ont une concentration en glucides entre 6-8%. Cette concentration est considérée isotonique, comme la concentration osmotique du sang. Les boissons isotoniques agissent plus rapidement au niveau de l’absorption, sans surcharger l’estomac à l’effort. Les boissons sportives contiennent également des électrolytes, tels que le sodium et le potassium, pour remplacer les pertes dans la sueur et permettre une hydratation optimale.

En résumé, vous allez tirer beaucoup plus d’avantages avec des produits conçus pour les sportifs. Et n’oubliez pas que si vous manquez d’énergie, rien ne peut remplacer une bonne alimentation et suffisamment de sommeil, les 4e et 5e «sports» du triathlon !